Matières Organiques Très Expressives est un projet sorti de terre en 2015. Il vise à démocratiser le compostage partagé en milieu urbain. Il comporte une entité physique : l’îlot ainsi qu’un programme d’accompagnement humain : les ateliers de sensibilisation et les objets de médiation.

La conception de l’îlot découle d’une étude d’usage en immersion dans une communauté de compostage de Nancy. Une expérimentation de 2 ans sur 7 sites grâce l’incubateur Stand Up Artem a permis de l’affiner et de révéler le besoin de médiation. MOTE a ensuite rejoint le collectif Défi Écologique qui a provoqué la rencontre du fabricant de mobilier urbain Sineu Graff afin de profiter de toute son expertise. La conception de l’îlot a été revue afin de renforcer sa durabilité à l’épreuve du compost et de la ville.

L’îlot regroupe plusieurs bacs dont la hauteur varie selon leurs fonctions. Celles-ci sont également indiquées par des couvercles qui se déclinent dans un dégradé de couleurs (lavande, oignon rouge, betterave et aubergine). Les parois en acier galvanisé sont perforées en dégradé pour laisser le compost respirer tout en signifiant la décomposition à l’œuvre. Les bacs sont dotés de grilles de fond pour éviter que des rongeurs n’y trouvent le gîte et le couvert. Les poignées offre la possibilité d’un verrouillage par cadenas à code. L’îlot est fabriqué en Alsace avec du mélèze sourcé localement. Il incarne le cycle du végétal, de sa croissance à sa décomposition.

Avant l’atterrissage d’un îlot, il faut constituer la communauté. L’ingénierie sociale a été confiée aux éco-animateurs de Terravox. Les ateliers de sensibilisation proposent de développer un imaginaire réjouissant grâce à des objets de médiation : dessiner les ingrédients du compost, tuner son bio-seaux, apprivoiser les intra-terrestres, observer l’activité bactérienne par caméra thermique, écouter la symphonie du compost, cuisiner sa poubelle, jardiner sans jardin…

MOTE repose sur la réappropriation du traitement des résidus organiques par les usagers eux-mêmes comme un substrat de rencontres dans un quartier !

Composition de l’îlot
• 1 bac d’Apport : les usagers y déposent leurs matières organiques.
• 1 bac du Structurant : stockage de matières brunes (feuilles mortes, broyât etc.) essentielles à l’équilibre azote /carbone, 1/3 de seau à chaque apport.
• 1 bac de Maturation : lorsque le bac d’apport est plein, le compost est transvasé dans un bac plus grand pour se transformer en engrais au bout d’un an.
• 4 bac de Plantation : ils rappellent le but du compostage. L’îlot incarne alors le cycle entier du végétal, de sa décomposition à sa croissance et ainsi de suite.
• 4 Caillebotis : ils assurent un accès sec jusqu’à l’îlot.

 

Atelier Ingrédients du compost
Après avoir retracé les différents parcours possibles d’un résidus de cuisine, les usagers sont invités à deviner les ingrédients à mettre dans le composteur, ceux qui vont la poubelle et ceux destinés au recyclage. Selon les âges et le niveau de dessin, l’atelier peut prendre la forme d’un quizz accompagné d’un jeu de cartes ou d’un pictionary endiablé. Le dessin est un moyen actif et ludique d’assimiler l’information, et pourquoi pas au moment de l’apéro. A la fin, tout le monde est gagnant. Chaque foyer repart avec un torchon-mémo. L’information est pérenne dans la cuisine et non sur un bout de papier qui finirait à la poubelle.

Atelier Tuning de bio-seaux 
Le bio-seau n’est pas une poubelle mais le panier de récolte des résidus compostables dans le foyer, véritable matière précieuse ! Un kit est distribué à chaque foyer. Les stickers représentent les ingrédients du compost prédécoupés. Ils reproduisent alors la structure du compostage : des éléments hétérogènes qui, une fois fragmentés, se mélangent pour devenir un ensemble homogène.

Atelier Cuisine ta poubelle
Composter c’est bien, manger c’est mieux. Le design culinaire est convoqué pour sensibiliser au gâchis alimentaire. Tarte en spirale d’épluchures, pesto de fanes etc.

Atelier Les intra-terrestres
Ils ne viennent pas du fin fond de la galaxie mais du fin fond de notre sol ! Les intra-terrestres débarque dans le quartier. Apprivoiser les super-héros du compost : vers, scolopendres, collemboles, larves de cétoines dorées, cloportes, bactéries … vos nouveaux meilleurs amis ! Véritables ouvriers de la décomposition, découvrez-les, les mains dans le compost grâce à une clef de détermination et une caméra thermique. Les plus petits partiront à l’aventure avec le conte « Kader le ver de terre ». MOTE, un hôtel classé 5 étoiles au guide Michelin des myriapodes.

Baptême de l’îlot
Rituel indispensable au démarrage d’un site. Chaque foyer vide pour la première fois son seau dans le bac d’apport. C’est l’occasion de rappeler les bons gestes. Cette cérémonie est suivie de la signature des chartes des référents et des usagers.

Récolte
Après un an, le compost s’est transformé en engrais. La communauté fête la fin du cycle. Chacun prend ce dont il a besoin pour nourrir ses jardinières. Une partie amende les bacs de plantation de l’îlot. Le restant est épandu dans les espaces verts du quartier.

Transvasements
Le bac d’apport se remplit tout les trois mois. La communauté se réunit pour déplacer son contenu dans le bac de maturation afin de permettre au compost de mûrir et laisser la place libre pour de nouveaux apports. Les efforts sont récompensés par un café-compost, chacun apporte de quoi goûter.